Gogara 

 

Créateur graphique installé à Sare, Guillaume Chavanne alias Gogara mène une double-vie, celle d’un artiste fasciné par la mythologie des signes basques et celle d’un moniteur guide de pêche, enseignant l’art de la capture dans les rivières et l’océan. La résonance des tribus lointaines avec les peuples basques l’inspire et l’entraine dans d’élégantes créations épurées.

lauburu

 

Un questionnement sur un signe nomade et universel

– « La croix basque, Lauburu, littéralement les « quatre têtes » en basque, répond au principal critère d’un signe « puissant » et emblématique quel qu’il soit : sans besoin d’explication signifiante, il s’impose à nous par sa seule présence. Sa cohérence avec l’identité du territoire le rend encore plus légitime, épousant ainsi à merveille les caractères principaux de l’identité linguistique et culturelle basque : forte, aux origines mystérieuses et traversant les âges. Nomade, primitif, sobre, figé on le sent pourtant prêt à tournoyer sur lui-même lorsqu’on le fixe du regard. 

Les questions d’origine, de lieu de naissance et d’appartenance à un peuple sont-elles fondamentales ? Il est bon de s’interroger, lorsque l’on connaît l’universalité de ce signe, protéiforme et représenté dans d’autres cultures. Cosmos ? magma ? molécule ? né de la main des premiers hommes ?  Lauburu... le mystère de ta génèse n’a de cesse de me fasciner. »

 

indianoak

Tribus

– « Il me plaît à penser que les peuples basques et ceux de certaines tribus lointaines sont de proches cousins. Étendues montagneuses et sauvages, rites, langue, icônes, liberté et tant d’autres sujets entrent en résonance. Les hommes, les chevaux « sauvages », ou les vautours des montagnes basques et d’Amérique savent peut-être communiquer depuis toujours par-delà l’océan... 

Et puis, au XVIe siècle... les marins basques et les indiens du Labrador (Québec) se rencontrèrent, allant jusqu’à créer une langue afin de se comprendre. 

Quelques siècles plus tard, est-ce vraiment un hasard ? si tant de bergers basques quittèrent un jour leur terre ancestrale pour les plaines et les montagnes des Amériques ».